Sandrins : deux opérations chirurgicales pour retrouver sa mobilité.

Sandrins et Sandra sont deux sœurs jumelles qui habitent à Madagascar. Aux dires de Lydia, leur maman, elles sont inséparables ! Toutes deux se sont beaucoup réjouies de commencer l’école, et ce ne sont pas les 3 kilomètres à parcourir qui refroidissent leur soif d’apprendre. Leur enthousiasme et leur bonne humeur avalent les kilomètres.

Mais un jour, la vie de Sandrins bascule. Atteinte du paludisme, Sandrins reçoit une injection de quinine, censée la remettre sur pied. L’injection touche le nerf sciatique. Une semaine plus tard, son pied a enflé. Petit à petit, il se déforme, obligeant la jeune fille à boiter pour se déplacer. Quelques semaines plus tard, Sandrins ne peut pratiquement plus se déplacer seule.

Au début, sa maman et sa sœur se relaient pour la porter et lui permettre de continuer à aller à l’école. Mais Sandrins grandit et Lydia doit se rendre à l’évidence : cela ne peut pas durer. L’effort est trop conséquent pour son dos. Et comme Sandrins n’arrive pas à faire un aussi long trajet à pied, il ne reste qu’une solution : rester à la maison.

La maman est inquiète. Sans éducation, sa fille n’aura pas les mêmes chances dans la vie que sa sœur Sandra. Le destin semble avoir séparé les deux jumelles si unies.

Deux opérations chirurgicales salvatrices pour Sandrins

L’arrivée du navire-hôpital Africa Mercy à Madagascar sonne le glas du désespoir ! Lydia embarque sa fille sur son dos et se rend à la sélection des patients. Beaucoup de monde, des heures d’attente… mais Lydia est remplie d’espoir et ce ne sont pas quelques files de personnes qui vont avoir raison de sa volonté !

Sandrins finit par être auscultée. Verdict : il faudra deux opérations chirurgicales pour redresser son pied. La joie se lit sur le visage de Lydia ! Elle n’en revient pas. Elle imagine déjà sa fille reprendre le chemin de l’école en compagnie de sa sœur jumelle.

Les opérations se passent bien. Mais Sandrins porte un plâtre et l’attente est longue, très longue avant de pouvoir découvrir le travail fait et marcher autrement qu’avec des béquilles.

Un jour, l’équipe orthopédique bénévole de Mercy Ships annonce la bonne nouvelle : le plâtre va être enlevé ! Et miracle : son pied est à nouveau normal. La guérison physique a eu lieu, mais la route est encore longue, avec de nombreux exercices de physiothérapie pour l’aider à retrouver sa mobilité.

Parallèlement, c’est une tout autre guérison qui débute, une guérison émotionnelle cette fois-ci ! A force d’avoir été mise à l’écart, l’humeur de Sandrins a sombré. La jeune fille est devenue très réservée et timide. A la maison, elle préfère se cacher lorsque quelqu’un se présente à la porte et évite tout contact visuel avec les autres.

Pendant sa convalescence à bord du navire, Sandrins s’épanouit. Sa véritable personnalité refait surface, à mesure que sa mobilité revient. Et après quelques semaines, elle peut enfin retourner auprès des siens, dans son village.

En octobre dernier, nos bénévoles lui ont rendu visite dans son village. Les retrouvailles ont été touchantes. Ce fût l’occasion de faire la fête avec les autres enfants et de voir Sandrins courir ! Un jour merveilleux et émouvant pour notre équipe, qui donne tout son sens à notre mission.

Cette histoire est rendue possible grâce au soutien de nos donateurs, qui permettent d’offrir des soins médicaux aux populations les plus démunies.

Vous aussi, aidez les enfants démunis à retrouver une vie normale en faisant un don.