L’histoire de Sambany

Notre équipe médicale, pourtant habituée à voir des grosses tumeurs, savait que ce cas n’était pas ordinaire. En peu de temps, tout l’équipage était au courant que quelque chose de particulier était en train de se produire – une rencontre historique !

Sambany a 60 ans. Lorsqu’il en a 25, une petite boule se forme au niveau du cou et se transforme en tumeur qui ne cesse de grossir. Les gens et certains membres de sa famille sont tout d’abord intrigués, puis commencent à l’éviter et fi nalement à le rejeter.

Au fil des années, la tumeur devient énorme et Sambany est tellement affaibli qu’il reste allongé la plupart du temps. Ses journées ne sont plus qu’un cycle monotone : dormir, manger et… attendre la fin. “Je ne pouvais plus rien faire. Chaque jour, j’attendais de mourir.”

Mais Sambany n’est pas mort. C’est une annonce qu’il entend à la radio qui le sauvera : l’Africa Mercy est arrivé à Madagascar ! Pourtant il reste un obstacle : notre navire se trouve à des centaines de kilomètres, et la route la plus proche à plusieurs heures de marche. Rien que pour se lever, il doit déjà faire des efforts considérables. Seul un homme désespéré pourrait entreprendre un tel voyage !

Sambany s’accroche à ce dernier et ultime espoir. Six hommes se relaient pour le porter sur leur dos. Après deux jours de marche, ils atteignent enfi n la route. Sambany effectue la dernière partie du trajet avec son petit-fi ls Flavy. Après plusieurs heures passées dans un taxi-brousse bondé, tous deux arrivent au pied de notre passerelle.

La taille de la tumeur et son état de santé font hésiter notre équipe médicale. Après deux semaines d’examens et de délibérations, le Dr Gary Parker donne son feu vert pour tenter une opération. Mais la décision finale appartient à Sambany : “Je sais que je vais mourir si rien n’est fait. Je sais aussi que je peux mourir pendant l’opération. Mais je me sens déjà mort à l’intérieur…” Son choix est clair : “Je veux être opéré !”

Le 3 février, après une opération qui aura duré plus de 12 heures, la tumeur de 7,46 kg est enlevée. Durant l’opération, Sambany aura perdu plus du double du volume de sang de son corps et dix-sept membres de notre équipage auront offert une partie de leur sang pour le maintenir en vie.

Vers 23h30, il se réveille et, incrédule, découvre son nouveau visage. “Lorsque j’aurai repris des forces, je vous revaudrai tout cela. Dieu m’a sauvé. J’ai un nouveau visage. Je suis libéré de cette maladie !”

Aujourd’hui, pour la première fois depuis près de deux décennies, Sambany peut garder la tête haute. Désormais, les gens ne verront plus la tumeur avec mépris, crainte ou dégoût – ils verront Sambany… tout simplement.