Mission au Sénégal couronnée de succès

26 juin 2020

Avant que notre navire-hôpital n’ ait dû quitter brusquement le port de Dakar, la mission au Sénégal a été très réussie : un grand nombre de patients ont été délivrés de leurs souffrances, et de nombreux professionnels de santé locaux ont suivi des cours de formation continue ou participé à notre programme de mentorat. Mais peut-on définir le succès ? Et le mesurer en chiffres ?

Qu’est-ce que la réussite dans le cadre d’une mission médico-humanitaire ? Nos statistiques et rapports fournissent des informations sur les activités dans nos projets, le nombre de patients, les coûts, les dons, etc. Si les chiffres correspondent à la planification de nos missions et à nos budgets, on peut parler de succès.

Cependant, si nous donnons la parole à nos patients et à leurs proches, ils diront qu’ils voient le succès dans le fait qu’un bébé né avec une fente labiale et palatine peut enfin téter et sourire normalement – ou que le petit garçon aux jambes déformées peut jouer au football avec des camarades pour la première fois de sa vie.

Nos équipes de chirurgiens voient le succès dans un processus de guérison sans complications, une belle cicatrice. Nos physiothérapeutes ont à l’esprit la mobilité complète de nos patients. Les cuisiniers considèrent comme un succès le fait que les patients et l’équipage soient satisfaits de la nourriture.

Le critère de durabilité est de plus en plus souvent utilisé lorsqu’il s’agit d’évaluer le succès “professionnellement”. A Mercy Ships, nous essayons depuis des années de documenter la durabilité de notre travail. Mais cela s’avère extrêmement difficile. Nous ne savons pas si le patient aveugle que nous avons opéré au Togo il y a 20 ans est aujourd’hui un riche fondateur d’entreprise – ou un pauvre mendiant. Grâce à nos volontaires internationaux et aux membres d’équipage locaux en Afrique, nous apprenons sans cesse qu’ils sont restés en contact avec les patients. Ce sont souvent de très belles histoires. Mais elles n’ont aucune pertinence statistique.

La durabilité se voit surtout dans nos « Capacity Building Programs ». Le « renforcement des capacités médicales » comprend nos programmes d’infrastructure, de formation et de mentorat. Nous y recevons beaucoup de feed-back, et nous restons souvent en contact avec les participants pendant des années. Par exemple, nous savons maintenant qu’en Guinée, un grand nombre d’enfants souffrant de fentes labiales et palatines peuvent être opérés gratuitement. Cela est directement dû au travail de trois médecins dans une clinique de Conakry. Ces trois personnes ont participé à un programme de mentorat chirurgical de Mercy Ships il y a quelques années (c’est-à-dire qu’elles ont été spécifiquement formées dans nos salles d’opération à l’application de certaines nouvelles procédures chirurgicales). Aujourd’hui, grâce à un soutien financier international, ils sont en mesure de proposer des opérations maxillo-faciales gratuites.

Afin d’améliorer la documentation sur la durabilité de notre travail en Afrique, nous avons entamé une coopération scientifique à long terme avec la Harvard Medical School. Nous sommes déjà impatients de prendre connaissance de leurs conclusions et de les intégrer dans notre travail.

Pour l’instant, vous pouvez vous faire votre propre idée du succès de notre travail :

  • Si vous souhaitez avoir un aperçu statistique de notre travail au Sénégal, veuillez cliquer ici
  • Pour lire le rapport annuel 2019 de Mercy Ships Switzerland, cliquez ici