Description du poste d'emploi

Soins holistiques pour les patients hospitalisés gravement malades qui subissent une intervention chirurgicale en alternance. Les domaines de spécialisation comprennent la chirurgie maxillo-faciale, la chirurgie plastique reconstructive, l’ophtalmologie, la réparation des fistules obstétriques ainsi que la chirurgie générale et orthopédique. Dans la plupart des cas, l’unité de soins intensifs n’est pas utilisée. Pendant ce temps, les infirmières en soins intensifs pédiatriques travaillent dans les zones de service et s’occupent de plusieurs patients.

 

Principales tâches et responsabilités (non exhaustif):

  • Administrer des soins holistiques aux patients; adultes et enfants.
  • Coordonner les soins aux patients en collaboration avec les chefs d’équipe de secteur, les infirmières responsables et les chirurgiens.
  • Utiliser une expérience chirurgicale récente dans la prestation de soins postopératoires aux patients.
  • Travailler en horaires de rotation selon le planning (y compris le week-end et la nuit) dans le cadre d’une semaine de travail de 40 heures, avec des heures supplémentaires si nécessaire pour couvrir des maladies et autres circonstances imprévues.
  • Travailler aux côtés des traducteurs de l’équipe de jour, en leur demandant leur aide si nécessaire et en signalant tout problème à l’infirmière responsable.
  • Maintenir des pratiques correctes de contrôle des infections et de sécurité.
  • Orienter les nouveaux infirmiers dans le service, en jouant le rôle de mentor et d’enseignant pour conseiller le nouvel infirmier et lui montrer les procédures internes.
  • Assister et participer à toutes les réunions d’équipe et aux réceptions de l’hôpital selon les besoins. Lorsqu’il est impossible d’y assister, uniquement en raison de tâches liées au travail, s’arranger pour obtenir les informations nécessaires.
  • Prendre la responsabilité de la garde sur appel après la fermeture de l’hôpital.
  • L’équipe à long terme devrait contribuer au développement et à la révision des procédures internes, des parcours de soins aux patients et des programmes de terrain, la planification des services sur le terrain; ou alors travailler dans d’autres départements lorsqu’ils ne sont pas sur le terrain.
  • Autres tâches selon instructions.

Qualifications (connaissances, compétences, capacités et exigences):

  • Soutenir la mission et la vision de Mercy Ships, et s’engager à respecter ses valeurs fondamentales.
  • Comprendre et appliquer un leadership axé sur le service, savoir travailler en équipe avec intégrité et démontrer son sens des responsabilités.
  • Capable de vivre et de contribuer à la vie communautaire, ce qui nécessite des compétences interpersonnelles stables et saines.
  • Maîtrise de l’anglais écrit et oral avec de solides compétences en communication interpersonnelle.
  • Compétences en matière d’évaluation physique.
  • Il faut noter que nos lits d’hôpital sont plus bas que la moyenne et ne sont pas réglables, ce qui peut s’avérer être un problème pour toute personne souffrant de problèmes de dos chroniques.
  • Volonté d’enseigner et de partager les connaissances cliniques avec les autres.
  • Nécessite de la flexibilité et une sensibilité à la diversité linguistique et culturelle.
  • Capacité à travailler efficacement avec d’autres personnes dans un environnement interculturel.

Formation et expérience:

  • Les engagements de 12 mois ou plus nécessitent la participation au programme “OnBoarding”.
  • Infirmière diplômée avec une licence active dans son pays d’origine.
  • Un certificat de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) ou de réanimation de base (BLS) en cours de validité est requis.
  • Au moins deux ans d’expérience en pédiatrie après l’obtention du permis d’exercer.
  • Expérience récente de deux ans au moins à temps plein ou de trois ans à temps partiel en chirurgie, en médecine ou aux urgences dans le domaine de la pédiatrie aiguë au cours des cinq dernières années ET au moment de la postulation peut démontrer avoir travaillé 30 heures ou plus par semaine dans l’un de ces domaines cliniques au cours des 12 derniers mois.
  • ACLS (Advanced Cardiac Life Support) est facultatif.
  • PALS (Pediatric Advanced Life Support) est souhaité.
Quelle est la durée d’engagement minimum ?

La durée d’engagement minimum est entre 2 semaines et 3 mois.

Dois-je apporter mon propre matériel ?

Non, ce n’est pas nécessaire, mais une lampe frontale est très utile pour la garde de nuit car il n’y a pratiquement pas de lampes de poche et la nuit seule la lumière de secours est allumée, une montre avec compteur de secondes, et des stylos bleus, noirs et rouges.

J’ai aussi apporté avec moi des autocollants rigolos que les enfants adorent! Chaque vendredi est le vendredi “Fun Scrub”, où toutes les infirmières portent des tabliers rigolos. Ces autocollants sont colorés et pleins de motifs différents, tels que bandes dessinées. Ils sont disponibles sur internet ou dans les magasins “Walmart” en Amérique du nord, par exemple, mais il y en a beaucoup sur le bateau, alors ne vous inquiétez pas.

Je conseille également d’apporter les affaires que vous appréciez personnellement dans votre journée de travail (pour ma part: ma montre pour la surveillance des signes vitaux, des chaussures confortables, une tasse à café verrouillable à emporter, etc). Outre le fait que cela a été utile, cela m’a également offert une certaine sécurité dans ce nouvel environnement – car j’ai besoin de ces affaires et je les utilise aussi dans mon travail habituel.

A quoi ressemble une journée type (horaire de travail, ...) ?

Sur le bateau, comme en Suisse, vous avez un plan de travail qui, à ma connaissance, est publié toutes les 2 à 4 semaines. Vous travaillez en équipe comme en Suisse. Cela signifie des horaires de 7h à 16h, de 14h à 23h et de 23h à 7h. Le matin, le rapport est remis par l’infirmière de nuit aux infirmières de jour. Ensemble, sans les patients, la personne qui le veut, dit une prière pour les patients, surtout pour ceux qui ont de gros obstacles devant eux, par exemple ceux qui vont recommencer à marcher ou ceux qui ont subi ou vont subir une grosse opération.
Selon la façon dont vous avez grandi avec la foi, cela peut être un peu spécial au début… mais j’ai vraiment apprécié que l’on prie pour les patients en plus de les soigner. Pour ceux qui ne veulent pas prier, il n’y a pas besoin, je n’ai jamais été forcée et ce n’était pas gênant. Le plus important reste le respect mutuel. Si ce n’est pas le cas, vous êtes au mauvais endroit.
Autant que je me souvienne, il y a 24 lits par service dans une zone très confinée. 12 lits de chaque côté. Quatre salles A à D. Un service A à D avec les différentes disciplines, orthopédie et plastique, santé générale et féminine, service bucco-dentaire/facial et plus encore et un service de soins intensifs. Les parents ou la personne qui s’occupe du patient (1 personne) peuvent rester lui. Ils dorment sous le lit du patient sur un matelas pendant la nuit.
Il y a une infirmière principale, comme en Suisse, qui contrôle en partie les choses. Chaque médicament, ainsi que les vitamines, sont vérifiés par une deuxième infirmière. On dispose d’une armoire à pharmacie incroyablement cool, qu’on ne peut ouvrir qu’avec son empreinte digitale. J’ai trouvé que c’était absolument génial. Il est également régulièrement réapprovisionné par les responsables du matériel. Les médicaments standard comme le paracétamol et l’ibuprofène, les vitamines, etc. se trouvent dans une armoire haute normale.
Parfois, certaines perfusions ou supports sont différents. Souvent, cependant, j’ai été surprise qu’il y ait beaucoup de produits suisses. Mais aussi d’autres médicaments de tous les pays. Il est donc important que vous connaissiez toujours les ingrédients du médicament. Par exemple Dafalgan- Paracétamol etc. et demandez toujours si vous n’êtes pas sûr ou cherchez sur Google les ingrédients avant de le donner à un patient (recommandation Compendium.ch) . Tout sur le navire est en anglais, vous vous trouverez donc dans des situations où il est difficile de vous exprimer avec la même aisance. Il suffit de demander ou d’expliquer dans la mesure vous pouvez 🙂
Tous les jours à 13h30/14h00, les patients se rendent au pont 7, où ils peuvent prendre l’air pendant une heure et où les plus petits peuvent jouer dans la “cour de récréation”. C’est une belle compensation, surtout durant la journée où vous êtes reconnaissant de pouvoir sortir. Il est important de savoir que tous les patients n’ont pas cette option immédiatement. Les patients post-opératoires ont un plan précis pour cela, si l’hygiène leur permet de sortir. Il y a également des chambres d’isolement qui se trouvent dans le quartier C. (par exemple pour les patients atteints de SARM)
La documentation de travail est quelque peu différente de celle de la Suisse. On travaille encore avec du papier et à la main. Le chef de service établit le plan de travail sur le PC et y enregistre les informations importantes. Cela simplifie la coopération entre toutes les nations. De nombreuses informations sont également transmises d’une infirmière à l’autre lors de la passation des informations.
Un très bon point: L’hôpital dispose de sa propre banque de sang. Cela m’a vraiment impressionée. Cela signifie que si quelqu’un perd beaucoup de sang durant une opération, du sang est prélevé chez ceux qui se sont iniscrits à donner de leur sang si les choses se compliquent. Ceux-ci sont ensuite contactés par pager chaque fois qu’une urgence se présente.
Assurez-vous d’avoir la corpulence nécessaire et ne mentez pas sur votre santé, pour éviter que vous ayez des problèmes physiques par la suite.
Un laboratoire se trouve de l’autre côté et teste tout sur place avant et après la transfusion sanguine. En outre, comme pour tous les autres médicaments, ces transferts nécessitent un médecin, un technicien de laboratoire, deux infirmières et la personne qui reçoit le sang.

Quelle est la différence entre le travail sur le navire et mon emploi régulier en Suisse ?

Tout est beaucoup plus étroit!L’hygiène personnelle et la nourriture sont assurées par l’équipe de jour, les proches dorment sous les lits des patients et effectuent la plupart des tâches quotidiennes pour les patients. Il n’y a pas de surface de travail sur laquelle écrire, vous écrivez en étant debout ou à genoux si vous avez de la chance, et s’il y a un lit de libre vous pouvez vous y asseoir. Vous passez toute la journée dans une salle avec les patients; cela peut être très bruyant mais vous apprenez beaucoup sur la culture et les conditions de vie des patients et ça vous permet d’établir de très bonnes relations avec eux.

Dans les services, il y a davantage de contrôles conjoints pour accroître la sécurité, car chacun connaît des normes et des procédures différentes – ce que j’ai trouvé utile.

Je pense que tous ceux qui postulent chez Mercy Ships doivent être préparés au fait que 90% des personnes à bord du navire sont chrétiennes et utilisent également des expressions chrétiennes de temps en temps ou vous les verrez prier.
Toutes mes questions ont reçu des réponses honnêtes et c’était véritablement un environnement familial pour travailler. Il faut juste être ouvert et respectueux.
Tous les bénévoles de Mercy Ships, qu’ils aient été motivés par leur foi ou par le désir d’aider les gens du tiers monde forment une méga-structure qui a vraiment réussi à mobiliser la médecine moderne au service des pays du tiers monde. C’est un navire GÉANT, rempli de gens qui veulent faire le bien autour d’eux.
Cette énergie, avec laquelle les gens viennent sur le navire, vous ne la trouverez tout simplement jamais dans un hôpital en Suisse. Ou, plus rarement, de mes 10 ans d’expérience professionnelle dans l’industrie.
Les personnes qui y travaillent travaillent vraiment avec leur cœur, leur âme et avec joie. Les patients sont soignés avec tant de gentillesse, sur une base volontaire, sans que le personnel soignant ne soit rémunéré pour cela. La récompense pour vous personnellement sera les histoires que vous avez pu influencer et la vie des patients que vous avez changé grâce à votre contribution sur le navire. J’ai surtout réalisé que sur le navire, nous donnons une nouvelle vie à des personnes, ce qu’elles n’auraient jamais eu si Mercy Ships n’avait pas été là.

Est-ce que le travail se fait par roulement d'équipe?

Oui, c’est un fonctionnement en 3 équipes: équipe du matin de 7h00 à 15h30, l’équipe du soir de 14h00 à 22h30, et l’équipe de nuit de 22h00 à 7h15.

Quel genre de rotation aurai-je?

Toutes les 3, y compris 2 à 3 week-ends par mois (+/-)! Les demandes de service peuvent être signalées et, si possible, elles seront prises en compte.

Comment se passe la communication avec les patients?

La langue utilisée dans les services est l’anglais, tant avec l’équipe de traitement qu’avec les traducteurs. Ils traduisent ensuite dans la langue du pays. Au fil du temps, j’ai rapidement appris les mots les plus importants (chaud, froid, douleur, bon, mauvais, opération…) et cela a montré une fois de plus que l’on peut exprimer tellement de choses par le non verbal.

Quelle est la meilleure partie de ce travail, et quelle est la moins bonne?

Si vous arrivez à mettre de bonnes limites, c’est une expérience formidable, enrichissante et instructive. Si vous ne réussissez pas aussi bien et que vous êtes aussi souvent dans le service pendant votre temps libre, vous pouvez rapidement vous épuiser.

Personnellement, le mieux était de voir comment la communauté travaille ensemble, et pas seulement au niveau des soins, de trouver quelqu’un pour se porter volontaire pendant 8 semaines pour nettoyer un navire ou quelqu’un pour se porter volontaire pendant 8 semaines pour cuisiner pour 400 personnes. C’était incroyable de voir ce qui est possible quand on a le désir de travailler ensemble.

Pour la moins bonne partie, je dirais que l’aspect de la foi peut surprendre quelqu’un qui ne vient pas d’un arrière-plan chrétien ou religieux.  Cela demande une adaptation et du respect mutuel.

Avez-vous des conseils à partager avec de futurs bénévoles?

Je conseille d’essayer d’abord en tant que mission de courte durée pour voir si cela vous convient. C’est une expérience merveilleuse avec peu d’intimité dans un environnement si spécial qu’il ne peut être décrit – vous devez l’essayer par vous-même!

Restez toujours vous-même. Vous allez sur le navire pour changer des vies. Les personnes que nous soignons méritent vraiment un changement. TOUT LE MONDE mérite la vie que nous avons dans nos pays privilégiés.
Et oui, tout cela bénévolement. Si c’est cela que vous recherchez, vous le trouverez à 100%, et ça devrait être la première raison pour laquelle vous montez à bord de ce navire, que vous ayez la foi ou non. Vous êtes prêt pour votre spiritualité si vous la recherchez et personne ne peut vous influencer ou vous conseiller à ce sujet :-).

Pour finir, je pense qu’il est important, surtout au début, de se donner du temps. Linguistiquement, culturellement, mais aussi en termes d’espace et de manière de prodiguer des soins, tout est un peu différent. Il était important pour moi de prévoir du temps afin de réfléchir à mes besoins et à la façon dont je m’y prends ou de téléphoner en Suisse – mais aussi de faire activement des projets avec d’autres personnes afin de se faire des amis, de vivre un peu de “vie quotidienne” et aussi de vivre des aventures. Par exemple, j’ai participé à un programme sportif hebdomadaire dans la ville, j’ai profité de quelques jours libres pour faire une excursion, je me suis éloignée du navire et du port pour une soirée pour prendre un café avec mes nouveaux amis.
En même temps, il était important pour moi de m’impliquer complètement dans les nouvelles situations (patients), parfois difficiles. Il est inquiétant de voir comment les gens sont si sévèrement limités par le manque d’accès aux soins médicaux et chirurgicaux. Et quelle joie de voir comment les gens peuvent à nouveau bouger, manger, jouer, etc! J’ai vraiment apprécié le travail en équipe et j’ai trouvé passionnant de me faire de nouveaux amis dans d’autres domaines du travail du navire également.

Jaqueline Wey, Infirmière PICU

Interview
Comment as-tu entendu parler de Mercy Ships?

J’ai entendu parler de Mercy Ships par le mari d’une amie proche. Il est médecin et connaît Mercy Ships grâce à d’autres personnes et je pense que c’est aussi un objectif à long terme pour lui de se joindre à eux pour une mission.
J’étais très déterminée à trouver l’organisation “parfaite” pour que je puisse faire du travail humanitaire en Afrique, que je puisse travailler comme infirmière et que j’aie la licence nécessaire dans le pays. C’est grâce à Mercy Ships que cela a été possible pour moi.

Quelles étaient tes motivations de servir avec Mercy Ships?

Aider les gens dans le tiers monde, exactement là où ils en ont besoin, dans le domaine où je peux le mieux aider, c’est-à-dire en prenant soin de ces patients.

Quelles ont été tes premières impressions en arrivant à bord du navire?

Tout d’abord, j’ai été complètement bouleversée de me tenir devant ce “navire de transport” qui a été transformé en navire-hôpital. “Impressionnant”, me suis-je dit…
Et puis à bord, j’ai vu comment tout était si bien organisé et que tant de nations se réunissent en même temps et font le même travail et que tout est bénévole.

As-tu des anectodes drôles à partager à propos de la vie sur le navire?

Certainement;-) Drôle et un peu fou…
J’ai trouvé ça drôle, à un moment où nous étions à court d’eau, que nous n’ayons eu le droit de nous doucher que pendant 3 minutes. Ce qui peut être drôle mais aussi ennuyeux!

Toutes les activités que les gens planifient ensemble sont toujours amusantes. On ne s’ennuie jamais et tout le monde donne un coup de main. C’est comme une grande famille où chacun apporte sa contribution.

Téléchargement

Infirmière PICU (Soins intensifs pédiatriques) , “Ward Nurse PICU”
Le processus de postulation est en anglais, c’est pourquoi vous trouverez le pdf dans cette langue.

Télécharger le PDF