Dr Guy Chevalley

Le Dr Guy Chevalley, ophtalmologue à Yverdon-les-Bains, est presque un vétéran de notre organisation. Après neuf missions à bord de l’Africa Mercy, son enthousiasme pour venir en aide aux populations défavorisées ne s’est pas estompé.

 

Guy, quelle est la différence entre une cataracte suisse et africaine ?

Une cataracte reste une cataracte, soit la même maladie, que l’on soit en Afrique ou en Europe. Toutefois les cataractes opérées en Afrique sont en général plus avancées que dans nos contrées, ceci à cause du manque d’accès aux soins.

En quoi diffère la technique utilisée à bord ?

Comme les cataractes sont plus anciennes, la technique opératoire en Afrique diffère de celle communément effectuée dans notre pays. En Suisse, nous effectuons l’opération à travers de petites incisions de l’œil de l’ordre de 1 à 2 mm, suffisantes pour détruire la cataracte à l’aide d’un petit tube à ultrason. En Afrique, il est plus adéquat pour des cataractes, par exemple, trop dures pour cette technique, de les extraire d’un seul bloc à travers une ouverture de l’œil plus large (environ 8 mm).

Combien de temps dure une telle intervention ?

La durée peut varier de 5 à 20 minutes, selon l’expérience du chirurgien et la difficulté opératoire liée à la cataracte.

Pour quelle raison traitons-nous un seul œil ?

En Afrique, la demande chirurgicale est inversement proportionnelle à la pauvreté et il y a un réel manque d’ophtalmologues pour faire face aux besoins. Alors que chez nous, c’est une évidence d’opérer les deux yeux, en Afrique, nous faisons le choix d’opérer un seul oeil, ce qui permet déjà au patient de retrouver une vie normale. Ceci nous donne la possibilité de traiter pratiquement deux fois plus de personnes. Toutefois, des exceptions existent à cette règle, particulièrement pour les enfants dont les deux yeux sont systématiquement opérés.

Peux-tu décrire le parcours de nos patients ?

Une fois l’indication opératoire posée, le patient est pris en charge par une équipe sur le quai. Il est ensuite accompagné à bord et préparé pour l’opération, c’est-à-dire habillé pour le bloc opératoire. Ensuite, un bilan de base de santé est effectué, puis l’oeil dilaté. Une fois passé cette étape, le patient est dirigé dans l’une des salles d’opération, où anesthésie locale et désinfection sont effectuées. L’intervention terminée, le patient repartira le jour même et sera contrôlé le lendemain, au moment du retrait du pansement oculaire. Pour les adultes, l’opération est donc effectuée en ambulatoire, sans hospitalisation, tandis que les enfants subiront une anesthésie générale et resteront une nuit à bord sous surveillance.

Mercy Ships organise plusieurs « célébrations de la vue ». De quoi s’agit-il ?

Afin d’encourager les patients à revenir pour un dernier contrôle (environ 6 semaines après l’opération), nous organisons toutes les 1 à 2 semaines une petite cérémonie pour tous les patients et leurs familles. C’est une belle fête haute en couleurs, ponctuée de témoignages et de chants. L’occasion de célébrer leur retour à la… vue !