Concert de soutien envers Mercy Ships

19 décembre 2017

En collaboration avec Crescendo Artists et le chœur lausannois Laudate Deum, nous vous invitons à un concert en faveur de Mercy Ships.
Ce concert caritatif annuel, organisé par l’association culturelle Crescendo Artists en début d’année aura lieu le dimanche 14 janvier à 18h à l’église St François à Lausanne.

Par ce concert, nos partenaires et nous vous invitons à un esprit de fraternité et de solidarité. L’entrée est libre, une collecte en faveur de Mercy Ships sera faite. De plus, ce concert offre une expérience de haute qualité artistique !

Nous serions honorés de votre présence et ravis de vous rencontrer à l’issue du concert ! N’hésitez pas à venir accompagné(e) de vos amis, collègues et familles!

Télécharger le flyer d’invitation

 

LE CHOEUR
Laudate Deum en chœur de chambre s’est créé en 2004, sur l’initiative de Catherine Berney. Le chœur collabore régulièrement avec L’Orchestre de Chambre de Genève et dispose d’un vaste répertoire qui comprit des œuvres telles que le « Messie » de G.F.Haendel, le « Requiem » de W. A. Mozart et l’ « Oratorio de Noël » de J. S. Bach. Le chœur a aussi participé dans plusieurs projets caritatifs à travers les années.
www.laudatedeum.ch

L’OEUVRE
C’est durant l’hiver 1915, en pleine Première Guerre Mondiale que Rachmaninov écrit les Vêpres à Moscou, sans doute comme un appel à la paix. En deux semaines seulement, il compose ce qui forme une étape importante dans l’histoire du chant liturgique russe ; il mêle son propre univers artistique aux chants liturgiques de la Russie ancienne qu’il a étudiés. Pour neuf des quinze numéros de l’œuvre, il utilise des mélodies authentiques du plain chant qu’il met en évidence en les dotant d’une polyphonie éclatante et d’une expressivité intense. Associant vêpres et matines, l’œuvre de Rachmaninov offre une succession de louanges aux effets dramatiques saisissants ou de prières calmes et envoûtantes, dans une ferveur religieuse profonde. Le compositeur appréciait tant cette œuvre qu’il en cita un extrait dans le final de sa dernière symphonie, et qu’il la plaçait parmi ses préférées.